top of page

Comment réaliser un audit sémantique de votre site web ?


audit sémantique de site web

L’optimisation sémantique fait partie intégrante d’une stratégie de SEO performante. Lorsque vous tapez votre recherche dans la barre de recherche de Google (oui, je vais parler de Google pour parler des moteurs de recherche en général, car Google est le moteur de recherche le plus utilisé), les premiers sites qui vous sont proposés contiennent à coup sûr les mots que vous avez tapés lors de votre recherche.


C’est précisément l’objectif de l’optimisation sémantique : comprendre ce que les internautes (et plus précisément vos clients et prospects) tapent dans la barre de recherche Google, afin de comprendre comment rédiger vos contenus de site web, de manière à être proposé parmi les premiers résultats de recherche.


Car on le sait, rares (inexistants 🙃) sont les internautes qui parcourent les dizaines (voir centaines) de pages de résultats de recherche pour répondre à leur question, pour trouver une solution à leur besoin.


Dans cet article de blog, nous allons aborder les techniques d’optimisation sémantique de façon plutôt générale (qu’est-ce que c’est, comment on fait ?) avant de nous interroger sur le coeur de cet article de blog : comment réaliser un audit sémantique de site web, de manière à comprendre ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et comment optimiser cette partie-là.



Qu’est-ce qu’un audit sémantique, et à quoi cela sert-il ?


Un audit sémantique sert à évaluer les performances sémantique d’un site internet. 🔎


Lorsqu’on parle de référencement naturel (ou référencement SEO), trois piliers essentiels entrent en jeu :

  • Le pilier technique, c’est-dire la bonne santé du site internet.

  • Le pilier sémantique, c’est-à-dire le bon choix et la bonne utilisation des mots-clés

  • Et enfin le pilier de notoriété, c’est-à-dire la notoriété de votre site en ligne, à quel point les autres sites internet font référence au vôtre (via des backlinks).


L’audit sémantique sert ainsi à évaluer la performance de ce deuxième pilier du SEO : est-ce que les mots-clés sur lesquels vous avez choisi de positionner votre site sont les bons ? Est-ce que le travail d’optimisation sémantique (c’est-à-dire l’utilisation de ces mots-clés, leur optimisation) est correct ? Est-ce que Google (et les moteurs de recherche plus généralement) a bien compris le domaine d’activité de votre site web, et ainsi, est-ce qu’il serait en mesure de vous proposer auprès des bonnes personnes, c’est-à-dire auprès de vos clients et prospects ?


C’est là tout l’intérêt de l’audit sémantique !


L’audit sémantique vous permettra d’obtenir des éléments de réponse à propos de ce qui fonctionne, de ce qui ne fonctionne pas, et de ce qui pourrait (ou devrait) être optimisé, afin, justement, d’optimiser au mieux ce second pilier du SEO, dont nous avons parlé juste avant.


Avant même de nous lancer dans la question « comment réaliser un audit sémantique ?» Voyons déjà comment optimiser ce pilier sémantique.


Oui, cela me semble être une première étape plutôt indispensable. Car l’audit sémantique est finalement la « dernière étape » de l’optimisation sémantique d’un site web. Si aucun travail d’optimisation sémantique n’a été mis en place, il sera difficile d’auditer quoi que ce soit.



Comment optimiser le pilier sémantique en SEO ?



1️⃣ Première étape : le choix des bons mots-clés

La toute première étape de l’optimisation du pilier sémantique pour son site web, c’est évidemment le choix des mots-clés. L’objectif est de comprendre quels sont les mots-clés, les requêtes tapées par vos prospects et clients dans la barre de recherche Google, de façon à créer les bons contenus.


Prenons un exemple. Vous possédez une boutique de prêt-à-porter, et proposez de la vente en ligne, grâce à votre e-boutique, mais également en physique, grâce à votre boutique physique, située dans le centre-ville de Grenoble.


La question à se poser c’est donc : que taperait une personne à la recherche d’une boutique de prêt-à-porter dans la barre de recherche de Google ?


Probablement qu’elle taperait directement le nom des produits qu’elle recherche, comme par exemple « jupe courte », ou « jupe longue », « sandales été », « jupe short », ou tout autre requête contenant le nom du produit qu’elle recherche.


Peut-être aussi que pour trouver une boutique à visiter en physique, cette même personne rechercherait « prêt-à-porter Grenoble », « boutique de vêtements Grenoble » ou toute autre requête qui lui permettrait de trouver une boutique de vêtement dans la zone géographique désirée.


Alors en effet, dans le cadre d’une boutique de prêt-à-porter, les requêtes potentielles sont nombreuses, aussi nombreuses qu’il existe d’articles de prêt-à-porter !


Si l’on prend un autre exemple, celui d’une entreprise de prestations de services en SEO par exemple, les requêtes potentiellement tapées par les prospects et clients en ligne seraient alors « prestation SEO », « services SEO », « prestataire SEO », ou même « accompagnement SEO ».


L’idée est véritablement de se glisser dans la peau de son prospect ou client afin de tenter de deviner les mots qu’il pourrait taper dans la barre de recherche, de manière à vous aussi, utiliser ces mêmes mots lors de la rédaction de vos contenus web !


J’ai rédigé un article entier sur cette question « comment choisir les bons mots-clés pour son SEO », si vous souhaitez en savoir davantage, je vous invite à le consulter juste ici. Car évidemment, il existe des outils qui vous permettent de connaître les mots-clés tapés, et de connaître également la fréquence avec laquelle ils sont tapés (afin que vous puissiez choisir les mots-clés les plus recherchés).



2️⃣ Deuxième étape : la rédaction de contenus optimisés

Une fois les mots-clés les plus pertinents choisis, il s’agit ensuite de rédiger des contenus optimisés en utilisant ces mêmes mots-clés.


Les quelques règles de bases sont :


✔️ De faire apparaître ce mot-clé dans votre titre H1, c’est-à-dire le titre principal de votre page. Attention, H1 est une balise bien spécifique. Lorsque vous ajoutez du contenu de texte sur votre site web, vous avez la possibilité d’ajouter un « Heading 1 », « Heading 2 », jusqu’au « heading 6 », ou des paragraphes. Ainsi, pour ajouter un titre principal à votre page, il faudra bien sélectionner « Heading 1 » pour cette zone de texte spécifique, de façon à ce que Google et ses robots d’indexation puissent comprendre qu’il s’agit bien d’un titre principal ! Autrement, il ne pourra pas le deviner.


✔️ De faire apparaître ce même mot-clé plusieurs fois dans le contenu de la page, une fois encore, pour que Google et ses robots d’indexation puissent comprendre qu’en effet, ce mot-clé est bien le sujet principal de votre page. Alors attention, il n’est pas question de faire du bourrage de mots-clés, technique qui consiste à répéter son mot-clé encore et encore au détriment de la lisibilité du contenu de la page. Simplement, pensez à bien réutiliser ce mot-clé régulièrement, mais également des mots-clés du même champs sémantique, de façon à bien positionner votre site et ses contenus.


✔️ Et finalement, de faire apparaître ce mot-clé dans les balises méta-titre et méta-description de page. Le méta-titre et la méta-description de page sont des éléments qui apparaissent dans les résultats de recherche, c’est en fonction de ces mêmes éléments que l’internaute va décider, ou non, de cliquer sur votre site web et de le visiter. C’est pourquoi, en répétant le mot-clé ou la requête-clé dans ces balises, vous favorisez les clics, puisque si l’internaute retrouve sa requête dans votre méta-titre et dans votre méta-description de page, il aura, à raison, tendance à penser que votre contenu saura lui apporter les éléments de réponse qu’il recherche. Je tiens à préciser que Google prend souvent des libertés avec ces méta-titres et méta-descriptions de page : il est tout à fait possible que vous renseigniez ces balises et que Google décide de les modifier au moment où il vous propose dans les résultats de recherche. Malgré tout, ce n’est pas grave, ces mêmes éléments lui permettront quoi qu’il arrive de comprendre que votre contenu est pertinent pour répondre à la requête de l’internaute. Je tiens à ajouter également qu’il n’est pas question de proposer des méta-titres et des méta-descriptions trompeuses, simplement pour favoriser les clics sur votre site web. Ces balises méta doivent permettre de refléter le contenu réel de votre page ! Si l’internaute, en visitant votre site web, s’aperçoit que le contenu n’a rien à voir avec les éléments proposés dans ces balises, alors il repartira aussi vite de votre site, et cela enverra un mauvais message à Google qui comprendra qu’il ne doit plus proposer votre site web sur cette requête.






🌟 Comment réaliser un audit sémantique ?


Finalement, maintenant que tous les éléments de SEO sémantiques sont plutôt clairs, comment réaliser un audit sémantique ? Comment savoir si Google à bien compris les mots-clés sur lesquels on souhaite se positionner, et comment connaître les actions d’optimisation à mettre en place ?


Pour réaliser l’audit sémantique de votre site web, je vous recommande vivement deux outils, que j’utilise de manière complémentaire.


Évidemment, il existe plusieurs dizaines d’outils d’analyse sémantique, tous très pertinents. Pour ma part, j’ai fait le choix de vous présenter deux outils que vous pouvez utiliser gratuitement. 😌



🔎 SemRush

Le premier outil que je vous recommande pour mener cette analyse, c’est SemRush. Dans l’onglet « Recherche de mots-clés », sous-onglet « suivi de position », vous avez la possibilité de suivre votre positionnement sur des mots-clés précis.


Lors de la première utilisation de l’outil, SemRush va vous demander d’entrer une courte liste des mots-clés sur lesquels vous souhaitez vous positionner (et sur lesquels vous souhaitez suivre l’évolution de votre positionnement). À partir de cette liste, SemRush va analyser régulièrement votre positionnement sur ces mots-clés : est-ce qu’en effet, vous êtes bien positionné sur ces mots-clés ? Et comment êtes-vous positionné sur ces mots-clés : apparaissez-vous en première, deuxième, ou cinquantième position ?


De plus, l’outil va réaliser une analyse beaucoup plus exhaustive, vous permettant de savoir précisément le nombre de mots-clés ou requêtes-clés sur lesquels vous êtes positionné ! Même si ce sont des mots-clés que vous n’avez pas demandé à suivre, l’outil est en mesure de savoir si vous êtes malgré tout positionné dessus, c’est-à-dire si Google vous propose déjà aux internautes sur ces requêtes.


Vous pouvez par exemple décider de suivre 3 mots-clés de près (les trois mots-clés les plus pertinents pour votre SEO), et malgré tout être positionné sur 50, 100 ou 150 autres requêtes proches et/ou complémentaires. Et c’est une excellente chose ! Plus vous êtes positionné sur de nombreux mots-clés, plus vous avez de chances d’être trouvé facilement pas les internautes qui effectuent leurs recherches en ligne.


Évidemment, il faut veiller à rester pertinent : un prestataire SEO dont le site est positionné sur la requête « restaurant chinois » par exemple, c’est loin d’être pertinent.



Grâce à cette première analyse, vous serez en mesure de savoir si ...


✔️ vous êtes, en effet, positionné sur les mots-clés désirés, et comment vous êtes positionné sur ces mots-clés, de façon à optimiser vos contenus au besoin ;


✔️ et de savoir si vous êtes positionné sur des mots-clés auxquels vous n’auriez peut-être pas pensé, de façon, une fois encore, à optimiser vos contenus, et afin d’améliorer votre positionnement sur ces mots-clés.




🔎 Google Search Console

Le deuxième outil que je vous recommande pour mener votre audit sémantique, c’est la Google Search Console, outil natif de Google ! En effet, qui de mieux que Google lui-même pour vous indiquer les éléments à optimiser ?


Si vous n’avez encore jamais utilisé la Google Search Console, je vous recommande vivement de consulter cet article de blog, de façon à comprendre la marche à suivre pour connecter votre site web à cet outil.


Une fois votre site web connecté à la Google Search Console, l’outil enregistre les performances organiques (c’est-à-dire de votre SEO) de votre site web. Il enregistre ainsi chacune des impressions de votre site web (c’est-à-dire combien de fois il a été proposé aux internautes dans les résultats de recherche), chacun des clics organiques sur votre site web (c’est-à-dire, combien de fois les internautes ont effectivement cliqué sur votre site web dans les résultats de recherche) ainsi que les requêtes sur lesquelles vous avez enregistré des impressions et des clics !


Un peu comme avec SemRush, cela vous donne une indication très intéressante sur les mots-clés que vous devriez optimiser !


Prenons un exemple, provenant de l’analyse de mon propre site web (chiffres de ces 3 derniers mois). 👇



chiffres de la Google Search Console
Chiffres de mes performances sémantiques ces 3 derniers mois (Google Search Console)


Je vois par exemple que la requête « ressources marketing » m’a généré 106 impressions dans les résultats de recherche. Cela signifie que lorsque les internautes recherchent « ressources marketing » dans Google, ce dernier m’a proposé 106 fois (au cours des 3 derniers mois). C’est chouette. Cependant, je vois aussi que si j’ai été proposé plus d’une centaine de fois, j’ai été proposée en position 88 (soit en page 8 environ des résultats de recherche). Vous n’êtes pas sans savoir que personne ne vas visiter ces pages lointaines. À la limite, on va jusqu’à la page 2 des résultats de recherche, et si vraiment la page 1 ne nous a pas proposé les résultats attendus.


J’en conclut donc que j’ai tout intérêt à optimiser ce mot-clé sur mon site web, puisque Google me propose déjà sur cette requête, mais beaucoup trop loin !


👉 Je pourrais donc par exemple créer une page dédiée « Les Ressources Marketing », dans laquelle je proposerais diverses ressources, divers contenus sur le marketing. J’optimiserais cette page en ajoutant ce mot-clé dans mon titre H1 de page, ainsi que dans les autres titres (H2, H3, ainsi de suite) avec des titres comme « Les ressources marketing numériques » ou « les ressources marketing académiques » etc. J’ajouterais ce même mot-clé dans mes balises méta-titre et méta-description de page, et j’optimiserais le maillage interne et externe de cette même page (j’ajouterais ainsi, sur les autres pages de mon site web, des backlinks pertinents et redirigeant les internautes vers cette page de contenu).


La Google Search console vous permet donc de comprendre précisément les requêtes qui vous apportent déjà de la visibilité et des clics, et de comprendre comment vous êtes actuellement positionné sur ces mêmes requêtes, de façon à optimiser vos contenus web, et afin d’améliorer votre positionnement actuel.


🤗 Il est toujours BEAUCOUP plus simple d’optimiser votre positionnement sur des requêtes sur lesquelles vous êtes déjà positionné, plutôt que de partir depuis zéro, et de choisir d’optimiser une requête pour laquelle Google ne vous propose pas encore (même si évidemment, cela n’a rien d’impossible !).




Pour conclure

L’audit sémantique est donc une étape indispensable au bon référencement de votre site web. Ce dernier vous permet de comprendre si vos actions d’optimisation sémantique sont pertinents et bien réalisées, ainsi que les actions d’optimisation que vous pourriez mettre en oeuvre, afin d’optimiser la visibilité de votre site web dans les moteurs de recherche.


Bien sûr, il n’est pas possible d’auditer quelque chose qui « n’existe pas » : la première étape consiste donc à réaliser un travail d’optimisation sémantique. Il faudra ainsi commencer par choisir les bons mots-clés, et rédiger des contenus pertinents et optimisés afin de positionner votre site web sur ces mots-clés.


L’étape de l’audit arrive ensuite (une fois ce premier travail d’optimisation réalisé) et vous permet de comprendre si vos actions ont porté leurs fruits.


🪄 Grâce à SemRush, vous avez la possibilité de mesurer votre positionnement (et son évolution dans le temps) sur les mots-clés que vous avez décidé de suivre, mais également de connaître le nombre de mots-clés total sur lesquels votre site est positionné (plus ou moins bien positionné).


🪄 Avec la Google Search Console, vous aurez la possibilité de connaître les mots-clés et requêtes sur lesquels Google vous propose déjà. L’outil vous indique le nombre d’impressions (combien de fois vous avez été proposé dans les résultats de recherche), le nombre de clics (combien de fois les internautes ont effectivement cliqué sur votre site dans les résultats de recherche) ainsi que votre positionnement actuel sur ces mots-clés (êtes-vous proposé en position 1, 2 ou 88 comme moi ?), afin que vous soyez en mesure d’optimiser votre positionnement sur ces mots-clés.



 

Facilitez-vous le marketing !


Abonnez-vous à la newsletter de La Ressource Marketing et recevez, deux fois par mois, l'analyse d'un terme, d'une technique ou d'un outil marketing !



 

コメント


bottom of page